CARORL

Administration
Statuts
Charte éditoriale
Comité éditorial


Bibliographie
Cas cliniques



Vidéo laryngoscopes : critères de choix
par Lenfant François , mis a jour le 14 octobre 2010

Introduction

Ces dernières années ont vu l’introduction sur le marché de l’intubation trachéale de nombreux dispositifs regroupés sous le terme générique de vidéolaryngoscopes. Ces dispositifs innovants, contrairement au laryngoscope classique, permettent une vision indirecte de l’orifice glottique dans un oculaire ou sur un écran. Ils pourraient donc représenter une alternative séduisante à la laryngoscopie directe. Dans cet article, nous nous limiterons à discuter des 4 principaux dispositifs que sont le Glidescope© (VERATHON, France), le laryngoscope de McGrath© (SEBAC, France), l’Airtraq© (VYGON, France) et l’Airwayscope© (AMBU, France) et tenterons de répondre à la question des critères de choix pour ces dispositifs.

Les caractéristiques techniques

Ces dispositifs font appel à des technologies plus ou moins complexes et ont, par conséquent, un coût, une fragilité et un maniement très variables.
Concernant la technologie utilisée, certains vidéolaryngoscopes utilisent une vidéo caméra placée à l’extrémité distale de la lame du laryngoscope, et l’image est transmise électroniquement à un moniteur externe par des fibres optiques (Glidescope©) ou à un écran incorporé au manche (McGrath© et Airwayscope©). Pour l’Airtraq©, les images sont transmises optiquement par un jeu de prismes et de lentilles sur un écran incorporé dans le manche auquel peut être un raccordé un dispositif pour un écran déporté. Le Glidescope©, le McGrath© et l’Airwayscope© sont partiellement réutilisables, un étui protecteur habillant le dispositif alors que l’Airtraq© est totalement à usage unique.

Ces dispositifs peuvent également être différenciés par leur forme et être regroupés en deux catégories : Le Glidescope© et le laryngoscope de McGrath© possèdent une lame et un manche et ont un maniement proche de celui d’une lame de laryngoscope. L’intubation de la trachée à l’aide de ces dispositifs nécessite l’emploi d’un mandrin préformé pour guider la sonde trachéale. L’Airtraq© et l’Airwayscope© ont une lame de forme anatomique qui épouse l’anatomie de la cavité orale et du pharynx. Cette lame est par ailleurs munie d’une gorge permettant le guidage de la sonde trachéale vers l’orifice glottique.

Le coût de ces dispositifs est étroitement lié à la technologie utilisée et varie d’un peu moins de 100 Euros pour un dispositif simple comme l’Airtraq©, à quelques milliers d’euros pour des dispositifs, équipés d’un écran déporté tel le Glidescope© ou embarquant une technologie onéreuse comme l’Airwayscope© ou le McGrath©. Pour ces 3 derniers dispositifs, il convient bien sur d’ajouter le prix du consommable au prix d’acquisition de l’appareil.

Les performances

L’apprentissage :

Alors que l’apprentissage de la laryngoscopie directe est long et qu’un nombre minimum de 70 intubations trachéales est nécessaire pour maitriser la technique1, les courbes d’apprentissage pour les vidéolaryngoscopes montrent que la pratique d’une dizaine de procédures suffit à l’acquisition de la technique2-4. Ces dispositifs présentent donc l’intérêt d’être simple à maîtriser. Par ailleurs, pour les dispositifs munis d’un écran déporté, la possibilité pour l’enseignant de voir en même temps que l’enseigné peut être intéressante pour optimiser la formation et la manipulation.

L’intubation trachéale

De nombreuses publications ont été faites sur le possible intérêt de ces différents dispositifs dans l’intubation trachéale tout venant, mais également l’intubation difficile. Toutefois, si on regarde de plus près, on compte de nombreux cas cliniques ou courtes séries, et bon nombre d’études réalisées sur mannequin. Cependant, certaines études plus contributives sont disponibles.

L’Airtraq© est de loin le dispositif ayant fait l’objet du plus grand nombre de publications. Dans une étude clinique randomisée, chez 40 patients présentant des critères prédictifs d’ID, il a été comparé à la laryngoscopie directe classique. Aucun échec n’a été enregistré avec l’Airtraq™ alors que quatre intubations n’ont pas pu être réalisées sous laryngoscopie directe, tous ces échecs étant résolus avec succès avec l’Airtraq™. De plus, avec l’Airtraq™, le temps mis pour réaliser l’intubation trachéale et le nombre de manœuvres additionnelles requises pour faciliter l’intubation trachéale étaient moindres5. Des résultats similaires ont été retrouvés dans une étude menée chez 106 patients présentant une obésité morbide. Dans ce travail, le temps nécessaire pour réaliser une intubation trachéale avec l’Airtraq™ comparé à la laryngoscopie directe était significativement plus court, ce qui se traduisait par une forte réduction des épisodes de désaturation6. Par ailleurs, l’intérêt de l’Airtraq© a été montré dans le cadre d’une immobilisation du rachis7,8. Dans le cadre de la chirurgie maxillo-faciale et de l’ORL, l’Airtraq© a fait l’objet de quelques publications sous forme de cas cliniques et de courtes séries9-12.

Le Glidescope© a été également fait l’objet de nombreuses études et son utilisation pourrait être intéressante dans le cadre du rachis immobilisé13 et de celui de l’intubation difficile prévue14-16.

L’Airwayscope© a fait l’objet d’études qui, en général, consistaient en une comparaison avec d’autres vidéolaryngoscopes. Ses performances semblent être comparables13, voire supérieures17,18 à celles du Glidescope©.
Les études sur le laryngoscope de Mcgrath© sont moins nombreuses et peu contributives.

Après la diffusion plus large de ces différents matériels, des complications graves ont été rapportées avec l’utilisation des vidéolaryngoscopes nécessitant l’emploi d’un mandrin rigide19,20. Ces complications consistaient en la perforation du palais ou de l’amygdale, perforation qui survenait lors de l’introduction aveugle de ce mandrin. Des traumatismes moins graves ont été également rapportés pour l’Airtraq©21. L’emploi de l’Airwayscope© semblerait moins traumatisant.18
Enfin, de façon intuitive, ces dispositifs faisant appel à une vision indirecte de la glotte par le biais d’un système optique, à l’instar des fibroscopes, leurs performances peuvent être limitées en cas de sécrétions abondantes.

Quels critères de choix pour les laryngoscopes ?

Pour l’heure, il est difficile de recommander un de ces dispositifs et ce quelque soit le critère de choix considéré.

En ce qui concerne les performances, si de nombreuses études ont été publiées et tendent à montrer que les vidéolaryngosocpes présentent un intérêt dans le cadre de l’intubation trachéale, on compte, parmi ces publications, de nombreux cas cliniques ou courtes séries, et bon nombre d’études réalisées sur mannequin. Par ailleurs, pour certaines études, la méthodologie ou les critères de jugements utilisés sont discutables. A partir de ce constat, une méta-analyse concluait qu’aucun argument fort ne permettait de dire que ces dispositifs pouvaient remplacer les techniques classiques22. De plus, concernant les critères de jugement, lorsque les vidéolaryngoscopes sont comparés à la laryngoscopie directe, un score de laryngoscopie tel le score de Cormack et Lehanne ou un score d’intubation difficile tel l’IDS sont très souvent utilisés. Hors ces scores ne s’appliquent qu’à la laryngoscopie directe. Il résulte de ce biais méthodologique, que les résultats de nombreuses études montrent que si la vision de la glotte est meilleure et l’intubation trachéale qualifiée de plus simple avec les vidéolaryngoscopes testés, le temps mis pour intuber est en revanche plus long comparé à la laryngoscope directe23.

Si on considère le coût, les arguments manquent pour soutenir que ces nouveaux dispositifs sont supérieurs à des dispositifs déjà existants, ayant fait leurs preuves et moins onéreux.

Pour ce qui est de la morbidité associée à l’emploi de ces nouveaux dispositifs, celle-ci doit être prise en compte. On peut, actuellement, légitimement penser que, en l’absence de modification de la technique, l’Airtraq© et l’Airwayscope© soient d’un emploi plus sur que le McGrath© et le Glidescope©.

En revanche, l’avenir devrait permettre de répondre à la question posée dans le titre de cet article. En effet, il est probable que des études soient prochainement réalisées et publiées. L’établissement d’un score de difficulté d’intubation trachéale propre à ces vidéolaryngoscopes devrait permettre de les comparer aux techniques classiques et à celles recommandées pour la prise en charge de l’intubation difficile. Par ailleurs des études sur l’utilisation de ces dispositifs pour réduire la morbidité laryngée et sur le coût lié à l’utilisation de ces dispositifs mis en regard du bénéfice apporté devraient voir le jour. Il sera alors possible de discuter du choix de ces dispositifs sur des critères fiables.

Conclusion

Les vidéolaryngoscopes sont des dispositifs innovants qui révolutionnent quelque peu l’intubation trachéale. Toutefois, il manque pour l’heure des études de bon niveau pour recommander leur utilisation à la place des techniques utilisées actuellement et recommandées. Les prochaines années devraient voir la situation s’éclaircir et leur place se préciser.

Références

1. Konrad C, Schupfer G, Wietlisbach M, Gerber H : Learning manual skills in anesthesiology : Is there a recommended number of cases for anesthetic procedures ? Anesth Analg 1998 ; 86 : 635-9

2. Malik MA, Hassett P, Carney J, Higgins BD, Harte BH, Laffey JG : A comparison of the Glidescope, Pentax AWS, and Macintosh laryngoscopes when used by novice personnel : a manikin study. Can J Anaesth 2009 ; 56 : 802-11

3. Ray DC, Billington C, Kearns PK, Kirkbride R, Mackintosh K, Reeve CS, Robinson N, Stewart CJ, Trudeau T : A comparison of McGrath and Macintosh laryngoscopes in novice users : a manikin study. Anaesthesia 2009 ; 64 : 1207-10

4. Howard-Quijano KJ, Huang YM, Matevosian R, Kaplan MB, Steadman RH : Video-assisted instruction improves the success rate for tracheal intubation by novices. Br J Anaesth 2008 ; 101 : 568-72

5. Maharaj CH, Costello JF, Harte BH, Laffey JG : Evaluation of the Airtraq and Macintosh laryngoscopes in patients at increased risk for difficult tracheal intubation. Anaesthesia 2008 ; 63 : 182-8

6. Ndoko SK, Amathieu R, Tual L, Polliand C, Kamoun W, El Housseini L, Champault G, Dhonneur G : Tracheal intubation of morbidly obese patients : a randomized trial comparing performance of Macintosh and Airtraq laryngoscopes. Br J Anaesth 2008 ; 100 : 263-8

7. Maharaj CH, Buckley E, Harte BH, Laffey JG : Endotracheal intubation in patients with cervical spine immobilization : a comparison of macintosh and airtraq laryngoscopes. Anesthesiology 2007 ; 107 : 53-9

8. Hirabayashi Y, Fujita A, Seo N, Sugimoto H : A comparison of cervical spine movement during laryngoscopy using the Airtraq or Macintosh laryngoscopes. Anaesthesia 2008 ; 63 : 635-40

9. Pean D, Desdoits A, Asehnoune K, Lejus C : Airtraq laryngoscope for intubation in Treacher Collins syndrome. Paediatr Anaesth 2009 ; 19 : 698-9

10. Khalil S, Vinh B : Successful intubation of a child with Goldenhar syndrome, who previously failed intubation, using an Airtraq. Paediatr Anaesth ; 20 : 204-5

11. Vlatten A, Soder C : Airtraq optical laryngoscope intubation in a 5-month-old infant with a difficult airway because of Robin Sequence. Paediatr Anaesth 2009 ; 19 : 699-700

12. Lange M, Frommer M, Redel A, Trautner H, Hampel J, Kranke P, Kehl F, Scholtz LU, Roewer N : Comparison of the Glidescope and Airtraq optical laryngoscopes in patients undergoing direct microlaryngoscopy. Anaesthesia 2009 ; 64 : 323-8

13. Malik MA, Maharaj CH, Harte BH, Laffey JG : Comparison of Macintosh, Truview EVO2, Glidescope, and Airwayscope laryngoscope use in patients with cervical spine immobilization. Br J Anaesth 2008 ; 101 : 723-30

14. Savoldelli GL, Schiffer E, Abegg C, Baeriswyl V, Clergue F, Waeber JL : Comparison of the Glidescope, the McGrath, the Airtraq and the Macintosh laryngoscopes in simulated difficult airways*. Anaesthesia 2008 ; 63 : 1358-64

15. Serocki G, Bein B, Scholz J, Dorges V : Management of the predicted difficult airway : a comparison of conventional blade laryngoscopy with video-assisted blade laryngoscopy and the GlideScope. Eur J Anaesthesiol 2010 ; 27 : 24-30

16. Malik MA, Subramaniam R, Maharaj CH, Harte BH, Laffey JG : Randomized controlled trial of the Pentax AWS, Glidescope, and Macintosh laryngoscopes in predicted difficult intubation. Br J Anaesth 2009 ; 103 : 761-8

17. Teoh WH, Shah MK, Sia AT : Randomised comparison of Pentax AirwayScope and Glidescope for tracheal intubation in patients with normal airway anatomy. Anaesthesia 2009 ; 64 : 1125-9

18. Malik MA, O’Donoghue C, Carney J, Maharaj CH, Harte BH, Laffey JG : Comparison of the Glidescope, the Pentax AWS, and the Truview EVO2 with the Macintosh laryngoscope in experienced anaesthetists : a manikin study. Br J Anaesth 2009 ; 102 : 128-34

19. Leong WL, Lim Y, Sia AT : Palatopharyngeal wall perforation during Glidescope intubation. Anaesth Intensive Care 2008 ; 36 : 870-4

20. Williams D, Ball DR : Palatal perforation associated with McGrath videolaryngoscope. Anaesthesia 2009 ; 64 : 1144-5

21. Holst B, Hodzovic I, Francis V : Airway trauma caused by the Airtraq laryngoscope. Anaesthesia 2008 ; 63 : 889-90

22. Mihai R, Blair E, Kay H, Cook TM : A quantitative review and meta-analysis of performance of non-standard laryngoscopes and rigid fibreoptic intubation aids. Anaesthesia 2008 ; 63 : 745-60

23. Malik MA, Maharaj CH, Harte BH, Laffey JG : Comparison of Macintosh, Truview EVO2(R), Glidescope(R), and Airwayscope(R) laryngoscope use in patients with cervical spine immobilization. Br J Anaesth 2008



Les Congrès
27ème Congrès - Nancy 2013
26ème Congrès - Namur 2012
tous les congrès
27ème Congrès - Nancy 2013
26ème Congrès - Namur 2012
25ème Congrès - Lausanne 2011
24ème Congrès - Toulouse 2010
23ème Congrès - Reims 2009
22ème Congrès Angers - 2008
21ème Congrès Londres - 2007
20ème Congrès Tours - 2006
19ème Congrès Caen - 2005
18ème Congrès Poitiers - 2004
17ème Congrès Dijon - 2003
16ème Congrès - Grenoble 2002
15ème Congrès Marseille - 2001
14e Congrès - Rennes 2000
13ème Congrès - Sion (Suisse)
12ème Congrès Biarritz - 1998
11ème Congrès - Besançon 1997
10ème Congrès Nantes - 1996
9ème Congrès Paris - 1995
8ème Congrès Bologne - 1994
7ème Congrès - Strasbourg 1993
6ème Congrès Bruxelles - 1992
5éme Congrès Saint-Malo - 1991
4éme Congrès Lausanne - 1990
3éme Congrès Lille - 1989
2éme Congrès Nancy - 1988
1er Congrès BORDEAUX - 1987

Les Journées
20ème journée - 2013
19ème journée 2012
toutes les journées


réalisé avec le soutien de :