CARORL

Administration
Statuts
Charte éditoriale
Comité éditorial


Bibliographie
Cas cliniques



11ème Congrès - Besançon 1997
par Boisson-Bertrand Dominique , mis a jour le 13 juillet 2010

Les thèmes choisis ont été les nouveaux halogénés, les circuits anesthésiques et la matériovigilance.

A Neidhardt (Besançon) a ouvert les débats avec les résultats d’une enquête sur l’utilisation des halogénés. Si l’enflurane est abandonné par 90 % des anesthésistes et l’halothane par plus du tiers, l’isoflurane en revanche est utilisé par tous ; le desflurane, employé par plus de la moitié des anesthésistes est déjà délaissé par certains ; le sévoflurane est apprécié par plus de 70 % d’entre eux. Leur prix est souvent rédhibitoire, malgré leurs qualités. Celles du desflurane ont été développées par D Boisson-Bertrand (Nancy) . absence de toxicité hépatique et rénale, association possible avec l’adrénaline, chute tensionnelle et qualité du champ opératoire comparables à celles de l’isoflurane, mais un réveil deux fois plus rapide, appréciable surtout pour les interventions de longue durée. Même son prix semble être compétitif, avec un débit de gaz frais inférieur à 1 litre par minute.

MC Dubois (paris, hôpital Trousseau) a évoqué l’intérêt du sévoflurane en anesthésie pédiatrique. L’induction est douce, facile, plébiscitée par les enfants, rapide, apportant une sécurité hémodynamique que ne possède pas l’halothane ; l’entretien est aisé et le réveil rapide. Le sévoflurane semble adapté à l’anesthésie ORL de l’enfant, qu’il s’agisse d’amygdalectomies ou de bronchoscopies.

V Crinquette (Lille) a développé l’intérêt de l’induction au sévoflurane chez l’adulte. Quelle soit de type classique ou uti lise la capacité vitale, l’induction est bien tolérée et s’accompagne d’une bonne stabilité hémodynamique. Elle est utilisable chez les patients fragiles, allergiques ou lors d’anesthésies ambulatoires et peut être conseillée en cas d’intubation difficile. Les communications libres ont illustré l’utilisation de ces nouveaux halogénés. E Dammous (Liège) a conclu que le desflurane permettait une hypotension aussi efficace que l’isoflurane et provoquait un réveil plus rapide, malgré une anesthésie plus profonde. PE Pendeville (Bruxelles) comparant l’association de clonidine avec trois halogénés, l’isoflurane, le desflurane, le sévoflurane, n’a pas trouvé de différence significative, même si le réveil semblait plus rapide. Le saignement serait moindre avec le desflurane. A Neidhardt (Besançon) a comparé le desflurane et l’isoflurane, associés à l’alfentanil en chirurgie carcinologique, et a conclu qu’après une anesthésie de 5 heures environ, le délai de reprise de la ventilation spontanée ne dépendait que de la nature du morphinique et de sa posologie.

Les circuits anesthésiques ont été décrits par JC Otteni (Strasbourg) : les circuits avec valve de non-réinhalation, les circuits avec réinhalation des gaz expirés sans absorption de C02 (circuits de la classification Mapleson), les circuits avec réinhalation et absorption de C02 (circuit filtre). Les avantages et inconvénients de chacun ont été développés. A Juniot (Dijon) s’est intéressé aux absorbeurs de gaz carbonique. La chaux provoque deux effets indésirables : la production de monoxyde de carbone quand elle est trop deshydratée, indétectable chez le patient anesthésié et la dégradation du sévoflurane en composé A, qui impose un débit de gaz frais supérieur à 2 litres. La forme de la cuve, sa place sur le circuit (préférentiellement inspiratoire), la granulométrie de la chaux modifient son efficacité. Pourquoi utiliser des filtres échangeurs de chaleur et d’humidité ? B Eurin (Paris, hôpital Saint-Louis) a répondu : « ... pour éviter la transmission des germes par le matériel de ventilation, pour humidifier et réchauffer les gaz de ventilation ; le filtre à usage unique est moins onéreux que le circuit à usage unique ou sa restérilisation », Le filtre est également conseillé lors d’usage de chaux sodée. A Neidhardt (Besançon) a développé ensuite le principe d’anesthésie inhalatoire à objectif de concentration et s’est étonné que cette technique ne soit pas plus développée. MH Morel (Besançon) a souligné le risque que présente l’appareil Kab-System. Pour des débits de gaz expirés modestes, la circulation des gaz le long de la cloison évite une grande partie de la chaux sodée et provoque une réinhalation précoce de C02, ceci d’autant plus que la cloison médiane verticale n’est pas toujours parfaitement accolée à la surface circulaire du couvercle.

La matériovigilance a été abordée par A Bougaud (Besançon). Le marquage CE, obligatoire à partir du 14 juin 1998, nécessite d’optimiser la sécurité des patients et la matériovigilance va prendre une place grandissante. Les bonnes pratiques dans ce domaine ont été rapportées par B Cazalaà (Paris, hôpital Necker). Il faut définir les dispositifs médicaux, leur frontière avec les autres produits et les accidents graves. JL Bourgain (Villejuif) a rappelé que la checklist d’ouverture de la salle interventionnelle a été rendue obligatoire par le décret du 3 octobre 1995 et, entre chaque patient, certains éléments doivent être revérifiés. Elle apporte un surcroît de sécurité, mais ne met pas à l’abri de panne pendant l’utilisation. La maintenance, assurée par le constructeur ou un technicien, ne dispense pas du contrôle qualité. Le renforcement des moyens de contrôle du bon fonctionnement des machines d’anesthésie reste contraignant, mais la multiplication des autotests devrait alléger ces contraintes dans un avenir proche. La dernière communication de C Leroux (Nantes) a illustré cette coresponsabilité des matériels dans l’apparition d’un syndrome des loges tibiales antéro-externes. Elle ne doit pas être négligée au cours de l’enquête de matériovigilance, même si l’intrication de plusieurs mécanismes reste probable.

La prochaine réunion du Club d’anesthésie-réanimation en ORL aura lieu à Biarritz le 13 novembre 1998.



Les Congrès
27ème Congrès - Nancy 2013
26ème Congrès - Namur 2012
tous les congrès
27ème Congrès - Nancy 2013
26ème Congrès - Namur 2012
25ème Congrès - Lausanne 2011
24ème Congrès - Toulouse 2010
23ème Congrès - Reims 2009
22ème Congrès Angers - 2008
21ème Congrès Londres - 2007
20ème Congrès Tours - 2006
19ème Congrès Caen - 2005
18ème Congrès Poitiers - 2004
17ème Congrès Dijon - 2003
16ème Congrès - Grenoble 2002
15ème Congrès Marseille - 2001
14e Congrès - Rennes 2000
13ème Congrès - Sion (Suisse)
12ème Congrès Biarritz - 1998
11ème Congrès - Besançon 1997
10ème Congrès Nantes - 1996
9ème Congrès Paris - 1995
8ème Congrès Bologne - 1994
7ème Congrès - Strasbourg 1993
6ème Congrès Bruxelles - 1992
5éme Congrès Saint-Malo - 1991
4éme Congrès Lausanne - 1990
3éme Congrès Lille - 1989
2éme Congrès Nancy - 1988
1er Congrès BORDEAUX - 1987

Les Journées
20ème journée - 2013
19ème journée 2012
toutes les journées


réalisé avec le soutien de :